14 novembre 2019
Cycle Institutions et aliénation (4/4)
Conférence avec Sylvain Brison, prêtre du diocèse de Nice et enseignant au Theologicum de l’Institut catholique de Paris

Dans sa doctrine sociale, le Pape Jean-Paul II définit les « structures de péché » comme le résultat d’une accumulation des péchés personnels qui conditionnent la conduite des hommes en devenant la source d’autres péchés. Plus que d’être la simple conséquence de mauvaises actions individuelles, les structures de péchés amplifient le mal en conditionnant l’homme et en le privant de sa liberté.

Comme toutes les institutions humaines, l’Église partage son lot d’imperfection, de fragilité et de tâtonnement. Au regard des récentes crises qui la traverse, on peut se demander dans quelle mesure l’Église ne produit pas ou n’entretient pas certains comportements qui aliènent ses membres en les entretenant dans une posture mauvaise. En fin de compte, les règles imposées par l’Église ne produiraient-elles pas les maux dont elle est accusée aujourd’hui ? Mais l’Église n’est pas entièrement réductible à une institution mondaine ; elle est aussi, dans la foi, de constitution divine et héritière des promesses du Christ. Elle doit donc, en ce sens, recevoir de Dieu et posséder en elle des ressources pour récuser le mal et s’orienter vers le bien. En partant des circonstances des crises actuelles et des ressources apportées par la théologie contemporaine nous envisagerons ensemble comment caractériser l’Église et discerner les ressources disponibles pour vivre l’Évangile aujourd’hui.